Editions Allia

Discours sur l’état actuel des mœurs des Italiens
On rit de tout, c'est le principal objet des conversations.

avril 2012
format : 100 x 170 mm
96 pages


Extrait de Discours sur l'état actuel des mœurs des Italiens

Où trouver ce livre
Livres du même auteur
Ajouter à mon parcours

Discours sur l’état actuel des mœurs des Italiens

Giacomo Leopardi

"Les Italiens ont plutôt des usages et des habitudes que des mœurs. Ils ont peu d’usages et d’habitudes qu’on puisse dire nationaux, mais ce peu-là et les usages, plus nombreux, qu’on peut dire provinciaux et municipaux sont plutôt suivis par simple accoutumance que par un quelconque esprit
ational ou provincial, ou par force de nature, parce qu’y contrevenir ou les omettre serait très dangereux du point de vue de l’opinion publique, comme dans les autres nations, ou, du moins, parce qu’on redouterait ce danger."
Loin de s'en tenir au genre de la description d'un caractère national, ce texte fixe le tempérament d'une Italie historique mais aussi éternelle, marquée par des aspects anthropologiques constants. En Italie, il n'y a pas de "société", au contraire de la France, l'Angleterre ou l'Allemagne, où sont entretenus des simulacres d'illusion sociale, où l'on évite le mal non par devoir mais par éducation. En Italie, la vanité ne se masque pas, elle se présente telle qu'elle est, car non voilée par le paravent de la "société". Pour autant, Giacomo Leopardi se garde bien de défendre coûte que coûte la "civilisation", lui qui envisage un bonheur d’avant toute civilisation, relié à la poésie de l'enfant, de l'animal ou de l'homme primitif.
À rebours du mythe façonné par Stendhal, Leopardi pose un regard critique sur l'Italie et ses mœurs, empreintes du plus profond cynisme. Et ce discours de posséder une valeur prophétique : il annonce le sort de toutes les civilisations modernes qui, incapables de survivre à la destruction des illusions, sont condamnées au nihilisme.

Dans cette nouvelle édition du Discours sur l’état actuel des mœurs des Italiens, il s'agit de donner la voix à Leopardi lui-même, une voix métaphysique, prophétique mais aussi poétique. D'une actualité toujours plus criante, le propos tenu nous fait découvrir un Leopardi observateur, anthropologue clairvoyant, conscient des décalages entre l'Italie et ses pays voisins et préfigurant l'avenir de l'humanité tout entière au détour de considérations historiques et symboliques.
Traduit de l'italien par Michel Orcel. Précédé de Leopardi et les mœurs des Italiens par Mario Andrea Rigoni.
Ouvrage épuisé.