Editions Allia

Une philosophie de la solitude
À la naissance, nous crions ; et ce cri est le cri de la solitude

août 2020 - prix: 12 €
format : 115 x 185 mm
208 pages
ISBN: 979-10-304-1267-3 Existe aussi aux formats ePub et PDF


Extrait de “Une philosophie de la solitude”

Où trouver ce livre
Livres du même auteur
Ajouter à mon parcours

Une philosophie de la solitude

John Cowper Powys

“Il n’est pas besoin d’appartenir à aucune religion organisée pour sentir le choc spirituel de cette procession d’antiques pensées ; les unes sont flétries, surannées, les autres vides de toute espérance, comme les tiges de plantes mortes, mais aucune ne manque absolument d’un certain pathétique planétaire.
Sources répudiées de l’Inspiration de notre espèce ! Qui, nous infusant leur sang de vie, nous autorisent à nous écarter d’elles et à les oublier !”
John Cowper Powys est un électron libre, un insatiable lecteur et un érudit fervent. Cependant il emploie ses savoirs davantage pour critiquer que pour rendre hommage. Car le monde est en crise et le soi aux abois, guetté par l’amertume. Dès lors comment trouver des solutions crédibles de bonheur ? Le philosophe prend sa plume en guise de plumeau pour dépoussiérer les vieilles doctrines. Il développe une pensée sur le fil du rasoir, résolument stimulante et profondément singulière, se proposant de “retourner aux sensations fondamentales de la conscience planétaire”.
Philosophe virtuose s’il en est, il fait dialoguer stoïciens et présocratiques avec les pensées de Rousseau et Lao-Tseu. Ainsi seulement il est possible de renouer avec “cette grande et secrète sagesse qui coule comme une eau pure et souterraine”. Ne demeure en fin de compte que sa voix propre, car c’est seulement dans la solitude que l’auteur perçoit une voie d’émancipation.
Suite à la lecture de cet ouvrage, reste la croyance aux vertus de la simplicité, et à la malléabilité de l’univers : “Écoutons ces eaux sombres, ces golfes de lumière, et notons ce que nous éprouvons.”
Traduit de l'anglais par Michel Waldberg.

Retour aux origines

Tentation du vide

  • Il faut retrouver beaucoup de choses perdues avant de sentir, peu à peu, quelque éternité.

    Élégies de Duino

  • Le soleil se couche mais se relève aussitôt.

    Larsen

  • Le flâneur poursuit ce que l'errant fuit.

    Lieu commun

L'homme en son désert