Editions Allia

Van Gogh le suicidé de la société
Ce que les psychiatres ne croient jamais. Ce que les génies croient toujours.

mars 2019 - prix: 6,50 €
format : 100 x 170 mm
80 pages
ISBN: 979-10-304-1048-8 Existe aux formats ePub et PDF


Extrait de “Van Gogh le suicidé de la société”

Où trouver ce livre
Livres du même auteur
Ajouter à mon parcours

Van Gogh le suicidé de la société

Antonin Artaud

“C’est un homme qui a préféré devenir fou, dans le sens où socialement on l’entend, que de forfaire à une certaine idée supérieure de l’honneur humain.
C’est ainsi que la société a fait étrangler dans ses asiles tous ceux dont elle a voulu se débarrasser ou se défendre, comme ayant refusé de se rendre avec elle complices de certaines hautes saletés.
Car un aliéné est aussi un homme que la société n’a pas voulu entendre et qu’elle a voulu empêcher d’émettre d’insupportables vérités.”
Van Gogh ne s’est pas suicidé. La société s’en est chargée. Avec toute la véhémence dont il est capable, Antonin Artaud impute à cette dernière le mal dont a souffert le peintre et accuse les psychiatres, en l’occurrence le Dr Gachet, d’avoir poussé Van Gogh au suicide. Il replace la prétendue folie de Van Gogh dans son contexte, en tant que produit d’une construction sociale. La “lucidité supérieure” propre à l’artiste, et commune à l’auteur et à son sujet, lui permet de faire la part belle à la fougue du génie, force contestataire en soi et facteur de marginalisation.
“Il y a dans tout dément un génie incompris dont l’idée qui luisait dans sa tête fit peur, et qui n’a pu trouver que dans le délire une issue aux étranglements que lui avait préparés la vie.” Cet état de supplicié, Artaud lui-même l’a vécu. Nul mieux que lui ne saurait le transmettre. Qu’il soit poète ou peintre, l’artiste se voit enfermé dans un asile, comme Artaud le fut, ou incapable de s’intégrer dans une société qui confond génie et tare psychologique.  Et quand Artaud aborde la peinture proprement dite, c’est comme si lui-même s’emparait du pinceau ou, au demeurant, du couteau. C’est tranchant, expressif, cinglant. Il sait trouver le mot frappant, convaincre, emporter avec lui le lecteur. Les “épiphanies atmosphériques” des toiles de Van Gogh deviennent une réalité tangible, ses “chants d’orgue” une musique audible. Dans une évocation vertigineuse d’une toile à valeur testamentaire, Le Champ de blé aux corbeaux, Artaud ravive la symbolique attachée à ce noir charognard de mauvais augure.
Jamais il ne s’agit de descriptions (“décrire un tableau de van Gogh, à quoi bon !”) mais d’impressions fugaces qu’Artaud sait partager à coups d’expressions fulgurantes. La forme même de ce texte enlevé, empruntant les sentiers de la prose poétique, reflète le souci d’Artaud de faire état de ses propres expériences face à l’œuvre. Son rythme entre parfaitement en résonance avec les empâtements nerveux et tourmentés du peintre.

Au-delà de la raison

Régime des fous

Plaidoyers en faveur de l'art