Editions Allia

De la torture
La grande objection contre la Torture, c'est qu'il soit si facile d'en abuser.

octobre 2012 - prix: 6,20 €
format : 100 x 170 mm
80 pages
ISBN: 978-2-84485-574-9


Extrait de De la torture

Où trouver ce livre
Livres du même auteur
Ajouter à mon parcours

De la torture

Jeremy Bentham

"La grande objection contre la Torture : son efficacité.
Ce qui forme la cause principale de l'antipathie qui semble si généralement prévaloir, auprès des représentants les plus pondérés de l'humanité, contre cet instrument de gouvernement – et ce n'est sans doute pas une raison à mépriser –, il semble que ce ne soit en fin de compte rien d'autre que sa force extrême, et son extrême efficacité. Elle est à la pharmacie politique ce que le mercure et l'antimoine sont à la pharmacie au sens médical du terme. Cette efficacité est si grande, que par son aide, quelques faibles lumières seront d'ordinaire suffisantes pour permettre au magistrat de dénouer par lui-même les fils les plus finement entremêlés d'un projet criminel, qu'il ait été ou non mis à exécution. Avec cette arme, il peut extorquer l'information à la personne qui la possède certainement : sans elle, le voilà contraint d'aller la mendier, sans garantie de succès, auprès de personnes qui, en supposant même qu’elles soient aussi disposées que possible à la partager, ne la possèdent peut-être pas."
Après avoir révolutionné le système pénitentiaire en donnant naissance au panoptique, ce modèle de prison circulaire permettant une surveillance omnisciente et permanente des détenus, le père de l'utilitarisme et philosophe libéraliste Jeremy Bentham s'attaque, dans ces deux manuscrits inédits en français, à la problématique de la torture. Récusant d'emblée la pratique destinée au passage à l'aveu du présumé coupable, l'auteur se penche sur celle qu'il conviendrait de réhabiliter pour son pouvoir persuasif. La "contrainte" douloureuse, si elle est brève mais suffisamment aiguë recouvrirait sa fonction première, à savoir faire avouer le nom de complices éventuels. Qu'en serait-il d’ailleurs d'une torture idéale qui, sous sa menace, offrirait le résultat escompté sans aller juqu'à en user ? Terrifier efficacement, tel est ce que défend Bentham. Bien que rédigés entre 1770 et 1790, ces deux textes sont là une preuve que la philosophie anglaise des Lumières peut s'avérer éclairante vis-à-vis de certaines pratiques encore actuelles
Traduit de l'anglais par Guillaume Coqui.