Editions Allia

Nietzsche l’antipode

Hans-Georg Gadamer

“Le drame de Zarathoustra, c’est sa libération en vue du dire-oui. Mais son drame n’est pas tant la souffrance de celui qui sait et dit oui à tout, que celle de qui veut enseigner sa sagesse et ne trouve pas les hommes à la hauteur de cette sagesse.”
Partagé entre l’admiration et le malaise devant l’œuvre de Nietzsche, Hans-Georg Gadamer explique, en s’attachant particulièrement au Zarathoustra, pourquoi ce philosophe reste une provocation pour tout penseur d’aujourd’hui. À la difficulté de l’analyse conceptuelle vient s’ajouter la quasi-impossibilité de l’intégrer dans la continuité de la tradition philosophique. Le cœur du problème, d’après Gadamer, réside dans l’articulation de ces deux concepts apparemment antagonistes que sont volonté de puissance et éternel retour.

Suivi de Nietzsche et nous, entretien entre Theodor W. Adorno, Max Horkheimer et Hans-Georg Gadamer.
Traduit de l'allemand par Christophe David.

Sortir de la métaphysique