Editions Allia

 Essai sur la nature et la fonction du sacrifice
Il n’y a pas de sacrifice où n’intervienne quelque idée de rachat.

août 2022 - prix: 12 €
format : 115 x 185 mm
128 pages
ISBN: 979-10-304-1460-8 Existe aussi aux formats ePub et PDF


Extrait de “Essai sur la nature et la fonction du sacrifice”

Où trouver ce livre

Livres du même auteur :
Marcel Mauss, Henri Hubert

Ajouter à mon parcours

Essai sur la nature et la fonction du sacrifice

Marcel Mauss, Henri Hubert

“Nous appelons sacrifiant le sujet qui recueille ainsi les bénéfices du sacrifice ou en subit les effets. Ce sujet est tantôt un individu et tantôt une collectivité, famille, clan, tribu, nation, société secrète. Toutefois, il y a des cas où le rayonnement de la consécration sacrificielle ne se fait pas directement sur le sacrifiant lui-même, mais sur certaines choses qui tiennent plus ou moins ou moins directement à sa personne.”
Le sacrifice, une pratique barbare, brutale, qui nous serait totalement étrangère ?
Rien n'est moins sûr, comme le démontre magistralement l'Essai sur la nature et la fonction du sacrifice. Avec ce texte paru initialement en 1899 dans L’Année sociologique, périodique fondé par Émile Durkheim, Hubert et Mauss prennent leurs distances avec la méthode anthropologique traditionnelle. Plus d’un siècle après sa première publication, sa pertinence n’est plus à démontrer. Véritable classique des sciences humaines, il constitue le premier jalon d’une étude systématique de la religion et du sacré. En traitant le sacrifice en fait religieux, et donc en fait social, celui-ci devient ainsi un objet d’étude accessible à la méthode sociologique.
Dans la continuité de ce remarquable bouleversement méthodologique, issu de l’école durkheimienne, les auteurs fournissent une étude comparative des formes du sacrifice (expiatoire, humain, agraire, curatif, animalier, mythique…). Ils battent en brèche toute notion de généalogie, pour en dégager le "noyau" : l’unité générique du sacrifice à travers les âges et les sociétés. L'anthropologie reste bien le moyen privilégié, par l’étude de sociétés "autres", de saisir les grandes constantes du genre humain.

Le charme discret de la barbarie

Pensée magique

La persistance du sacré