Editions Allia

Un paradigme
De telles lois nous serviront d'instruments de navigation.

septembre 2012 - prix: 6,20 €
format : 100 x 170 mm
128 pages
ISBN: 978-2-84485-583-1 Existe aussi aux formats ePub et PDF


Extrait d'Un Paradigme

Où trouver ce livre
Livres du même auteur
Ajouter à mon parcours

Un paradigme

Jean François Billeter

Spécialiste de Zhuang Zi et de la philosophie chinoise, Jean-François Billeter nous invite dans ce petit ouvrage à une réflexion féconde et profonde, à un "changement de paradigme". Le mot est à la mode, mais il est ici employé au sens plein. En effet, il s'agit de changer la manière dont nous pensons, agissons, dont nous concevons le rapport entre notre corps et notre esprit. Pour Billeter, il ne faut plus voir l'esprit comme ce qui fait agir le corps, mais le corps comme ce qui fait advenir l'action, la pensée, et la transcendance. Il n'est pas question ici de revenir au dualisme, fût-il inversé, mais de concevoir le corps comme une activité : "L'esprit ne descend plus sur nous, mais se forme en nous, de bas en haut. La dimension d'inconnu est au fond du corps et de son activité, elle n'est plus quelque part au-dessus" (p. 77). Il n'y a donc plus de transcendance, mais simplement moi, avec ma part de mystère, d'inconnu que j'ignore moi-même, et qu'il me faut laisser advenir. À travers les notions d'activité et d'intégration, associées au travail du corps, l'auteur nous invite à repenser la manière dont les idées nous viennent, la souffrance psychique, la religion ou le rapport au temps. Ce qui "prend" le lecteur dans ce livre, c'est la manière dont Jean-François Billeter décrit la naissance en nous de gestes (verser du vin dans un verre), d'idées ("L'idée vient en parlant", comme l'écrit Kleist), d'actions (Que vais-je faire aujourd’hui ?), d'une manière si précise qu'elle amène vraiment à s'interroger sur cet "avènement" de la pensée, comme production de l'activité du corps.

A. B. Esprit, novembre 2012.

 

Par quoi commence la philosophie ? Voilà la grande question qui taraude le petit essai de Jean François Billeter. Pour le sinologue, spécialiste de Tchouang-tseu, le point de départ de la pensée réside non dans l'étonnement, comme le pensait le Grec Aristote, mais dans l'observation. Dans le fait de regarder plutôt que de voir. Assis dans un café et non reclus dans sa bibliothèque, comme en suspension, le philosophe a décidé de prendre son temps, de se rendre disponible à tout ce qui peut survenir : "J'ai pris le parti de m'intéresser aux phénomènes que je puis observer moi-même, les plus familiers, ceux qui forment l'infiniment proche et le presque immédiat." Cette relation immédiate au monde se double d'une intimité avec le lecteur, pris à partie, tutoyé tel un ami, invité à se faire l'allié de l'expérience qui se joue dans Un paradigme.

Une expérience inouïe, aussi puissante que délicate. Billeter invente, en effet, une philosophie en train de se faire : celle de l'intégration, dont le meilleur exemple réside pour lui dans le "geste", cette intelligence du corps qui transforme ce qui est d'abord artificiel en un mouvement naturel : verser un verre d'eau, ouvrir une porte, donner un coup de marteau, jouer du violon, etc. "Une fois que j'ai mis au point un geste, je le possède pour toujours." Le lecteur est comme hypno­tisé par cette simplicité philosophique, mis au diapason. Est-ce lui alors ou l'auteur qui affirme : "Un grand calme me gagne. A mesure qu'il s'approfondit, le visible se met à flotter, s'allège et finit par se dissoudre en énergie pure" ?

Juliette Cerf, Télérama, octobre 2012.

Délices d'Asie

Changement de paradigme

  • La dématérialisation de toutes choses relève-t-elle du programme ?

    H+

  • La guerre déclarée ou souvent sournoise de chacun contre tous paraît être le moteur de toute vie en collectivité.

    L'Or du temps

  • Notre imagination peut dépeindre l'objet dans son intégralité sans y croire.

    Abrégé du Traité de la nature humaine