Editions Allia

De la littérature industrielle
Tout le monde peut se dire homme de lettres : c'est le titre de qui n'en a point.

août 2013 - prix: 3,10 €
format : 90 x 140 mm
48 pages
ISBN: 978-2-84485-730-9 Existe aussi aux formats ePub et PDF


Extrait de "De la littérature industrielle"

Où trouver ce livre
Livres du même auteur
Ajouter à mon parcours

De la littérature industrielle

Charles-Augustin Sainte-Beuve

Chaque époque a sa folie et son ridicule ; en littérature nous avons déjà assisté (et trop aidé peut-être) à bien des manies ; le démon de l'élégie, du désespoir, a eu son temps ; l'art pur a eu son culte, sa mysticité ; mais voici que le masque change ; l'industrie pénètre dans le rêve et le fait à son image, tout en se faisant fantastique comme lui ; le démon de la propriété littéraire monte les têtes et paraît constituer chez quelques-uns une vraie maladie pindarique, une danse de saint Guy curieuse à décrire.
Daté de 1839, ce pamphlet paraît aujourd'hui absolument prémonitoire : "deux littératures coexistent dans une proportion bien inégale et coexisteront de plus en plus", y déplore Sainte-Beuve. Deux littératures : l'une, commerciale, l'autre, l'expression délicate du talent, propice à engendrer des monuments. À l'émergence de la première, plusieurs facteurs : le développement de la réclame dont peut dépendre le succès d’un livre, l'"émulation effrénée des amours-propres" ou encore, plus simplement, la volonté de vivre de sa plume. L'auteur aborde des questions brûlantes à son époque mais qui n’ont pas cessé depuis de consumer la littérature, à savoir le mercantilisme, la collusion d’intérêts entre auteurs et journalistes ou encore la démocratisation du métier d’écrivain. S’il se résigne à cette dernière, Sainte-Beuve désapprouve le style qui en découle. Lui défend la "bonne" littérature, celle qui serait le fruit d'un travail acharné et désintéressé. Organiser la vie des lettres, c'est tuer le talent ou, pis, l'inspiration. L'industrie culturelle qui gangrène la littérature est ici pressentie. Cette même industrie qui sera dénoncée par Benjamin et Adorno près d'un siècle après ce manifeste.

La chose littéraire

Changement de paradigme

Au cœur des processus