Editions Allia

Science et tradition hermétique
Je ne suis pas une occultiste, ni une alchimiste, ni une quelconque sorcière.

mars 2009 - prix: 6,20 €
format : 100 x 170 mm
96 pages
ISBN: 978-2-84485-849-8


Extrait de "Science et tradition hermétique"
Inventaire de la collection

Où trouver ce livre
Livres du même auteur
Ajouter à mon parcours

Science et tradition hermétique

Frances A. Yates

"Un artiste comme Léonard de Vinci, un poète comme Ronsard peuvent illustrer le relatif épanouissement qu'ont connu certaines de ces grandes figures marquées par le fond hermétique du néoplatonisme. Le rosicrucien, quant à lui, est porté au délire de persécution. Bien qu'il soit en général d'un tempérament profondément religieux, il évite de prendre parti pour aucun des courants religieux de son temps, ce qui fait qu'il passe pour athée aux yeux de tous, cependant que sa réputation de magicien inspire la crainte et la haine."
Le volume Science et tradition hermétique se compose de trois textes de Frances Yates, qui portent sur un des sujets de prédilection de la grande historienne anglaise : le rôle joué par la tradition hermétique et la pensée magique dans l'histoire des idées, en Europe, à la charnière de la Renaissance et du XVIIe siècle. On s'imagine volontiers que l'hermétisme a constitué un obstacle au développement de la pensée scientifique : contre cette idée reçue, Frances Yates montre que sur certains points essentiels, la tradition hermétique a au contraire amorcé le changement dans les mentalités qui a rendu possible l'émergence de la science moderne dont, entre autres, les deux grandes découvertes emblématiques de la rationalité moderne, l'héliocentrisme de Copernic et la physique de Newton. C'est peut-être de la connaissance occulte du cosmos et des pouvoirs que le mage de la Renaissance prétendait détenir que dérive l'ambition qui caractérise la science classique : connaître les secrets de la nature pour la maîtriser, doter l'homme de moyens pour agir sur elle et pour la transformer. Et l'intérêt nouveau porté alors aux mathématiques, envisagées comme la clé du réel, n'est pas sans rapport avec la Cabale et les pouvoirs qu'elle attribuait aux nombres…
Traduit de l'anglais par Boris Donné.