Editions Allia

Roman à clefs
J'ai un faible pour les biscuits au chocolat.

janvier 2010 - prix: 9,10 €
format : 115 x 185 mm
128 pages
ISBN: 978-2-84485-334-9


Extrait de Roman à clefs

Où trouver ce livre
Livres du même auteur
Ajouter à mon parcours

Roman à clefs

Alizé Meurisse

“Il dort encore. Dans une chambre d’hôtel majoritairement fréquentée par des vacanciers à revenus modestes, je me réveille à ses côtés. Mes yeux se lubrifient à petits coups de paupière laissant s’échapper un pépin d’eau salée au coin rose tendre de l’œil. La nuit, des coccinelles font leurs petites crottes jaunes au bord des yeux des dormeurs.”
Ce qui se passe réellement dans ce récit ne nous regarde pas. Les quelques faits concrets sont les suivants : une jeune fille, un jeune homme, une rencontre, une séparation, puis, enfin, l’amour comme une apothéose. Mais les repères temporels et spatiaux, de même que les relations de cause à effet entre ces événements, s’estompent volontairement. Ils s’effacent avec respect devant les digressions et les éclats de poésie. Le langage singulier et les images peu communes, souvent pleines d’humour, qui accompagnent les soliloques intérieurs des deux personnages principaux, donnent de la vivacité et de l’insolence aux considérations d’Alizé Meurisse. Par-dessus son épaule, Nietzsche pouffe dans sa grosse moustache et les Beatles payent leur coupe au bol. La narration n'est pour l'auteur qu'un prétexte pour se livrer à un travail d'introspection. Ce petit roman initiatique se questionne sur la voix, la voie, la foi, la mort, l’amour et l’art, ultime rachat sur l’humaine condition. Et ce, à travers un jeu. Alizé Meurisse se donne en effet une règle qui devient le fil conducteur formel de son récit : la fin de chaque partie livre la clef qui permet de pénétrer la partie suivante.

L'amour fou

Syndromes de la jeunesse

  • C'est ça, la musique !!!

    Le Chant de la Machine

  • Je n'ai qu'un seul confident, le silence de la nuit ; et pourquoi est-il mon confident ? Parce qu'il se tait.

    Diapsalmata

  • Si ma tristesse est une chemise, je ne la remets pas.

    Milo