Editions Allia

Comment trouver, comment chercher une première vérité ?
Il me plaît qu'il me plaise.

août 2009 - prix: 6,20 €
format : 100 x 170 mm
112 pages
ISBN: 978-2-84485-327-1


Extrait de Comment trouver,
comment chercher une première vérité ?

Inventaire de la collection

Où trouver ce livre
Livres du même auteur
Ajouter à mon parcours

Comment trouver, comment chercher une première vérité ?

Jules Lequier

De sa grande œuvre, La Recherche d’une première vérité, Jules Lequier n’a rédigé que le premier des huit livres prévus. Publié en 1865, cet ouvrage reste lui-même inachevé. Pour autant, il fait preuve d’une force, d’une densité philosophique et d’une audace remarquables. En quatre temps, Lequier reprend les questions de la liberté et de l’identité du sujet, s’imposant ainsi comme l’une des figures de la philosophie réflexive qui inspirera des penseurs comme Bergson ou Sartre. Reprenant le questionnement cartésien des Méditations métaphysiques, Lequier le poursuit et l’intensifie. Il ose ainsi dévoiler la fragilité du cogito et s’applique à remettre en cause la certitude de la pensée et son autonomie. Au principe de ce qui semblait nous définir le plus intimement, il n’y a, selon lui, que de la contingence. L’accès à la vérité est l’aveu d’une dépossession : celle du sujet incapable de devenir l’auteur de ses actes ou de ses réflexions car submergé par sa propre force. Au terme de cette épreuve intellectuelle, toutes les certitudes sont ébranlées et l’identité du sujet éclate en fragments, pour se démultiplier. Il ne reste à l’homme que son inaliénable pouvoir d’affirmation. L’affirmation de sa liberté, revendiquée comme création de soi – quand bien même celle-ci ne s’établit que dans une “indépendance dépendante” (qui annonce les formulations paradoxales de Sartre) –, semble être l’ultime mot d’ordre du philosophe. Il y a donc une urgence à vivre qui, même si elle semble se dérober en révélant l’indétermination du sujet, ouvre l’homme à ses possibles : une liberté plus angoissante mais aussi plus exaltante.
Suivi de La Fragilité du cogito de Claire Marin.