Editions Allia

Boris Vildé

Né en Russie en 1908, il s’installe à Paris en 1932, après une jeunesse romanesque et aventureuse. Il sera à l’origine du réseau du Musée de l’Homme et, comme tel, arrêté par les Allemands en mars 1941. Jusqu’en janvier 1942, il tient son journal à Fresnes, dans l’attente de la mort. Dans ces pages écrites pour lui-même, il fait montre d’une avidité intellectuelle et d’un détachement incroyables, allant jusqu’à entreprendre l’étude du sanscrit quelques semaines avant sa mort. Jusqu’à sa dernière lettre à sa femme : “Il est beau de mourir complètement sain et lucide, en possession de toutes ses facultés spirituelles.” Il fut fusillé au Mont-Valérien le 23 février 1942, quelques heures après avoir écrit ces lignes.

1 livre